AntsMania

© Alan Antsmania

You are currently browsing the Elevage fourmis category.

Construire une fourmilière avec une boîte Ferrero

Voici un petit tutoriel pour créer une fourmilière en béton cellulaire avec une boîte plastique de Ferrero rocher.

Les avantages de ce nid :

  • Rapide à fabriquer (j’ai fabriquer celui que vous aller voir de A à Z en moins de 3 heures.
  • Peu onéreux.
  • Fonctionnel : permet de remettre de l’anti-évasion facilement, la réserve d’eau est intégrée, l’encombrement est réduit et enfin plus de problème avec les espèces qui creusent le béton cellulaire car de toute façon elles n’iront pas plus loin que la boîte.

Les éléments nécessaires :

  • Une boîte plastique type Ferrero rocher (voir photo ci-dessous, peu importe la taille).
  • Un bloc de béton cellulaire (vendu dans tous les magasins de bricolage pour une bouchée de pain).
  • Une vitre de cadre photo (10X15cm dans le cas de cette boîte, vendue dans tous les magasins).
  • Un  enduit ou colle comme par exemple du plâtre ou de la colle ni clou ni vis ou du silicone.

La fabrication :

  •  La boîte en plastique :

Afin de pouvoir réaliser un plafond efficace pour appliquer de l’anti-évasion et permettant une bonne observation, il faudra couper le couvercle de cette boîte. Il y a plusieurs solutions pour cela comme par exemple la Dremel ou le Cutter (Les plus jeunes devront se faire assister par leurs parents pour cette étape ! ). Personnellement je me suis du servit du Cutter et je vais vous décrire ma technique pour couper ce plastique facilement et proprement. A l’aide d’un réglet ou d’une règle, tracer avec le cutter une ligne en appuyant légèrement. Une fois l’empreinte faite, repasser sur cette dernière plusieurs fois et ce sur les deux faces du couvercle jusqu’à sentir que le Cutter va passer au travers. Répéter l’opération pour les 3 autres côtés. Une fois les rainures faites, taper d’un coup sec sur le centre du couvercle avec le manche du Cutter par exemple. Si les rainures ont été correctement faites, l’ensemble devrait se détacher en une seule fois, laissant des rebords nets. Je conseilles vivement l’utilisation de lunettes de protection aussi bien pour la méthode à la Dremel qu’au Cutter. Voici le résultat :

Percer ensuite un petit trou dans la base de la boîte suffisamment gros pour pouvoir remplir la réserve d’eau avec une seringue sans aiguille, ou pour y insérer un petit tuyau. Pour percer Dremel ou alors avec un le cutter en le faisant tourner de façon répété sur la point jusqu’à former le trou. Personnellement j’ai utilisé un petit couteau pointu de cuisine, le trou se fait en 10 secondes et c’est super propre. Fixer ensuite sur le dessous de quoi réduire les vibrations comme par exemple des patins en mousse pour meuble ou de la mousse. Ici j’utilise un ruban de mousse adhésive mais bien d’autres choses feront l’affaire. 

 

  •  La partie en béton cellulaire : 

Commencer par découper un morceau de la taille de la boîte avec une scie (j’ai utilisé ici un vieux couvercle pour prendre les côtes en traçant son contour au crayon de papier) :

Découper ensuite les 4 angles (nécessaire avec les boîtes Ferrero).

Enfin découper votre bloc à l’épaisseur souhaiter (j’ai pris pour ce nid une épaisseur de 3 cm pour ce nid) tout en essayant de former une mèche qui permettra d’humidifier le nid. Pour cela il suffit simplement de stopper la découpe à quelque centimètres du milieu et cela de chaque côtés (Sur cette photo ma mèche ne fait que 5mm d’épaisseur).

Dessiner ensuite le patron des galeries de la fourmilière.

Il ne reste plus qu’à creuser. Plusieurs techniques s’offrent à vous. La Dremel : rapide, précis, l’aspect des galeries sera plus propre mais par contre très bruyant et surtout cela créera beaucoup de poussières très fine. Je l’utilisais autrefois car je pouvais être en extérieur, aujourd’hui en appartement j’ai utilisé la technique avec le tourne vis (ou ciseau à bois). Il sera moins précis mais pas de risque de rendre tout l’appartement blanc de poussière. La profondeurs des galeries est à définir en fonction de l’espèce. Ici j’ai pris une profondeur de 1 cm pour Camponotus cruentatus qui est l’une des plus grande espèce française.

 

  • La partie assemblage :

Une fois les galeries creusées, enlever la poussière en soufflant fort dessus puis mettre votre bloc dans la boîte et fixer la vitre. Soit en utilisant du ni clou ni vis (ou silicone) en déposant quelques point dans chaque coins, ou alors avec du plâtre préparé de façon épaisse pour pouvoir le déposer là où vous le souhaitez, c’est à dire tout autour de la vitre afin de la stabiliser. Cette opération aura également l’intérêt de boucher les éventuels espaces présents entre le béton cellulaire et la boîte. Personnellement j’ai comblé ces espaces avec du ni clou ni vis recouvert de petit graviers blanc. Laisser sécher jusqu’à ne plus sentir d’odeur particulières avant d’y mettre vos fourmis.

A vous de jouer ! bonne fabrication et surtout si vous avez une question n’hésitez pas à me la poser ici, j’y répondrais avec plaisir ! A bientôt ! 😉

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (34 votes, average: 4,24 out of 5)
Loading...Loading...

100 comments

Discussion et Demande d’Identification

Bonjours à tous ! 
C’est avec regret que, suite à un manque de temps, je ne pourrais plus répondre à vos demandes d’identifications. J’essaierais de traiter au fur et à mesure les nombreuses demandes de ces derniers temps mais ce seront (pour le moment) les dernières. En espérant que le kit d’identification d’AntsMania vous aide, dans le cas contraire de nombreux forums de passionnés sont disponibles sur la toile, je suis certain que vous trouverez votre bonheur.
Bonne observation à tous ! 😉

112 comments

Identification et Photos des Fourmis de France

Mise à jour : 23/09/2012 : Formica

Bienvenu sur le kit d’identification et la base de donnée photos des fourmis de France du site AntsMania. Cet outil est à votre disposition pour vous aider à identifier une fourmi trouvée. Afin d’être accessible par le plus grand monde, sa conception a été faite de façon simplifiée et les termes d’identification classiques ont été vulgarisés. Ne seront répertoriées que les espèces de France les plus courantes et ne demandant pas de matériel de précision pour effectuer leur identification. En aucun cas cet outil ne pourra permettre une identification ne pouvant être faite qu’avec des outils scientifiques pour certaines espèces. En cas de doute ou si besoin est, je vous propose une page dédiée aux questions pour l’identification. Il vous suffira simplement de me poster un lien vers votre photo et j’essaierai, dans la mesure du possible et en fonction de la photo, de vous confirmer le nom de l’espèce. Bonne visite sur AntsMania et à bientôt !

Avant de continuer voici quelques noms des différentes parties du corps d’une fourmi dont certaines permettent d’identifier avec certitude un specimen.

CONTINUER L’IDENTIFICATION
Corps de la fourmis
Tête de la fourmi
CONTINUER L’IDENTIFICATION
.
.

Liens rapides vers les genres :

FORMICINAE

Camponotus

Cataglyphis

Lasius

Formica

Plagiolepis

Polyergus

MYRMICINAE

Aphaenogaster

Crematogaster

Manica

Messor

Monomorium

Myrmecina

Pheidole

Solenopsis

Temnothorax

Tetramorium

PONERINAE

DOLICHODERINAE

Add a comment

Débuter dans l’élevage de Fourmis !

Bonjour à tous ! Dans cet article je vous propose de découvrir les bases à savoir pour se lancer dans l’élevage de fourmis !

1/ Les différents individus d’une fourmilière :

La reine : (appelée Gyne dans le milieu scientifique), l’individu le plus volumineux de la colonie et le plus important ! Comme bien des personnes le savent, c’est elle qui pond les oeufs qui donneront naissance aux ouvrières. Mais toutes les reines naissent d’abord princesses. Les différences entre les deux : la princesse à des ailes et n’est pas fécondée. Ce n’est qu’après la fécondation pendant l’essaimage que cette dernière détachera ses ailes pour fonder une nouvelle colonie et deviendra donc une reine.

La princesse avec ses ailes.                                             Une gyne fécondée.

Les ouvrières : Ce sont elles qui se chargent de la récolte de la nourriture, de l’entretien du couvain (les oeufs, larves et cocons) et bien souvent des grandes décisions contrairement à ce que l’on peut penser. Ce n’est pas la reine qui décide par exemple d’un déménagement ou de l’attaque d’une fourmilière voisine. Les ouvrières, selon l’espèce de fourmis, peuvent avoir des tailles et morphologies différentes (communément décrits par les ouvrières et les soldats, ce qui est loin d’être le cas !).

Ouvrières de la même taille.                        A gauche ouvrière dite minor, à droite major.


Les mâles : Triste destin que celui des mâles de fourmis qui ne sont là que pour féconder la gyne lors de l’essaimage pour ensuite mourir peu de temps après leur mission accomplie.

Deux mâles facilement reconnaissables par leur tête de petite taille.

2/ Démarrer un élevage :

La question que beaucoup de gens se posent est de savoir comment obtenir une colonie. Pour cela rien de plus simple. Je pense qu’on a tous eu l’occasion d’observer lors des lourdes journées d’été, lorsque le temps est orageux, ce que l’on appelle des fourmis volantes par dizaine au sol. Grâce à ces dernières nous allons pouvoir débuter notre élevage. Comme décrit plus haut, il est très important de faire la différence entre les princesses et les gynes ! Ce sont ces dernières qui pourront fonder une colonie car fécondées. Pour maximiser ses chances d’y arriver il sera donc très important d’essayer de ramasser au sol les fourmis volantes ayant enlevé leurs ailes. Voici donc la méthode la plus simple pour démarrer dans l’élevage de fourmis. Il existe cependant des sites de très bonne qualité (voir dans la liste de mes sites favoris) qui vous permettront d’obtenir une colonie déjà commencée si vous n’êtes pas assez patient. Je tiens tout de même à souligner qu’il est totalement inutile de vouloir se lancer dans l’élevage de fourmis en essayant de récupérer une colonie dans la nature. Il vous sera de toute façon impossible de récupérer la reine et il va de soi que de telles méthodes sont totalement irrespectueuses de la nature !

Que faire une fois que vous avez trouvé une reine ?

Il y a plusieurs types d’installations qui vous permettrons de réussir la fondation de votre colonie ! Cela dépendra de vos envies et des outils à votre disposition. Il y a tout d’abord la méthode du tube à essais. Comme une image vaut mieux qu’un long discours en voici une :

Ici la réserve d’eau est représentée hermétique, ce qui est une bonne solution et l’une des seules avec des tubes en verre si vous n’avez pas le matériel pour le percer. Pour ma part j’ai opté pour des tubes plastiques que je perce à l’extrémité pour humidifier moi même le coton tassé afin de reproduire au plus près les conditions d’humidification naturelle. Pour exemple j’humidifie le coton une fois par semaine.

Vous pourrez également trouver des modules de fondation sur les sites internet cités précédemment qui sont une solution parallèle aux tubes à essais. Ces tubes à essais sont également disponibles sur ces sites en version verre ou en plastique et bien plus fonctionnels (possibilité de remettre de l’eau dans le réservoir une fois celui-ci vide).

Bon à savoir !

-Lorsque l’on démarre une colonie avec une reine issue d’un essaimage, il n’est pas nécessaire de la nourrir dès les premiers jours. En effet lors de l’essaimage, les princesses font des stocks afin de réussir la fondation de la colonie sans avoir besoin de sortir pour se nourrir. On peut parfaitement attendre l’apparition des larves avant de leur donner une nourriture adaptée, riche en protéines facilement assimilables, et surtout sans sucre jusqu’à l’arrivée des premières ouvrières. Si vous ne disposez pas d’une nourriture adaptée, mieux vaut ne pas nourrir la reine jusqu’à l’apparition des premières ouvrières. La reine se contentera alors de ses propres réserves pour amener à terme cette première génération.

-Il est conseillé lorsque la gyne est seule ou que la colonie ne comporte pas beaucoup d’individus, de garder tout ce petit monde dans des modules de fondation tel que le tube à essais ci-dessus. Le déménagement dans un nid est préférable lorsqu’une quantité suffisante d’ouvrière constitue la colonie (plus ou moins une vingtaine). Cela afin d’éviter l’accumulation de déchets à l’intérieur même du nid et donc l’apparition plus probable de moisissures. Il en va de soi par la suite, essayer d’avoir toujours des nids appropriés à la taille de la colonie de préférence, quitte à effectuer des déménagements par la suite lorsque celui-ci se fait trop petit.

3/ La mise en nid artificiel :

Après avoir passé quelques mois en module de fondation et si votre colonie est constituée de suffisamment d’ouvrières, vous allez pouvoir mettre vos fourmis dans un nid artificiel. Je ne développerai pas trop ici la fabrication des nids pour élever les fourmis car beaucoup de possibilité s’offrent à vous. Des nids en béton cellulaire, en plâtre, en bois et en passant par le plastique et beaucoup d’autres, il serait donc trop long de développer le sujet. Je vous mets cependant un lien internet d’AntsMania vers un tutorial sur la fabrication d’une petite fourmilière simple et peu onéreuse que j’ai fait : Tutorial nid en plâtre dans une tour de CD ou encore un tutoriel sur la fabrication d’un nid en béton cellulaire dans une boîte Ferrero. Vous trouverez également de très nombreux tutoriaux sur le forum d’Antslab. De nombreux nids sont également disponibles sur les sites de vente cités plus haut.

Pour le déménagement, plusieurs solutions s’offre à vous. Dans un premier tant la méthode douce demandant de la patience. Il est question de simplement laisser faire nos petites amis en mettant par exemple leur module de fondation directement dans l’aire de chasse du nid ou en reliant les deux nids entre eux selon la situation. Pour que les choses aillent plus vite avec cette méthode il est préférable de regrouper les conditions d’élevage favorables aux fourmis dans le nouveau nid.

La seconde méthode, un peu plus musclée, mais néanmoins totalement inoffensive pour les fourmis et plus rapide s’applique principalement dans le cas du passage du module de fondation au nid. Il s’agit tout simplement de faire tomber tout ce petit monde directement dans l’aire de chasse du nid en secouant le tube ou en tapotant dessus. Une fois fait, elles retrouveront d’elles même le meilleur emplacement pour continuer à se développer dans le nid.

4/ Les conditions générales d’élevage :

En règle générale, les fourmis européennes demandent toutes des conditions de base identiques qui ne varieront qu’en fonction de l’espèce. De la chaleur allant de l’ambiante jusqu’à plus de 30°c pour un meilleur développement. D’humidité allant de très faible à très fortes, de nourriture à base de liquides sucrés, insectes (à congeler avant pour détruire les parasites), graines pour certaines et d’une période de repos appelée diapause ou hivernage selon le type de pause. Pour d’avantage d’informations vis à vis de ces conditions, je vous invite à parcourir le forum d’antslab ou de nombreuses expériences à ces sujets ont été réalisées et ou les résultats sont référencés de façon à ce qu’ils soient facilement compréhensibles pour la majeure partie des éleveurs, initiés ou non : Antslab

5/ Identifier ses fourmis :

Dans le souci de fournir les conditions optimales d’élevage citées ci-dessus pour sa colonie, il est important d’en connaître l’espèce. Pour cela je vous propose une image très simplifiée des différentes parties du corps de la fourmis qui vous aideront à suivre les multiples documentations ou discussions dans l’optique de l’identification. Je vous propose le kit d’identification d’AntsMania simplifié si vous voulez identifier vos reines ou ouvrières. Je me tiens également à votre disposition par mail : Alan@antsmania.com ou sur facebook si vous désirez me faire parvenir des photos afin d’en connaître l’espèce.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter plein d’émerveillement dans cette aventure !  = )

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (23 votes, average: 4,96 out of 5)
Loading...Loading...

Remerciements à Sareghama, modérateur du forum d’Antslab pour son aide sur cet article.

16 comments

Tutorial : construire une Fourmilière avec une tour de CD.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (9 votes, average: 4,89 out of 5)
Loading...Loading...

Bonjour !

Dans ce nouvelle article je vais vous expliquer comment j’ai fabriqué facilement un nid dans une tour de CD pour élever des fourmis. En plus d’être économique, ce type de fourmilière est très fonctionnelle et parfaite pour l’observation.

Vous aurez besoin pour fabriquer ce nid :

  • Une tour de CD vide
  • Le CD transparent du fond fournis dans la boîte
  • D’un vieux CD
  • De plâtre fin de paris
  • De silicone de salle de bain / nid clou ni vis ou pistolet à colle chaude
  • Du carton épais
  • Du scotch électrique
  • D’une dremelle (non obligatoire mais plus pratique)

Afin de vous représenter mentalement le but des étapes de la fabrication je commence par vous montrer une photo du résultat finit :

Les premières étapes en schéma suivit des explications :

  • Commencer par découper des ronds en carton avec un trou au centre.
  • Les placer dans le fond de la boite de CD sur une épaisseur d’environs 1 à 2 cm, ces ronds de carton auront pour but de créer un espace de vide sous le nid pour la réserve d’eau permettant l’humidification de ce dernier. Le trou au milieu lui permettra la fabrication de la mèche en plâtre qui permettra de propager l’eau dans le nid par capillarité.
  • Recouvrez ensuite le carton avec du scotch électrique pour le rendre plus résistant à l’humidité et au niveau du trou également.
  • L’étape suivante consiste à créer le patron, grâce au vieux CD et à un feutre indélébile, afin de dessiner la forme des galeries du nid : (le feutre indélébile est important sinon dans les étapes suivantes, un feutre classique aura des impactes sur l’esthétique de votre nid)

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir que j’ai dessiné des sortes de salles, ces salles seront à dimensionner en fonction de la taille de l’espèce ainsi que la profondeur des galeries dans les étapes suivantes.

  • Une fois que vous êtes satisfait de la forme de vos galeries, vous pouvez passer à l’étape suivante, surement la plus délicate.
  • Avec un pistolet à colle chaude ou à silicone (j’ai utilisé du silicone de joints de salle de bain pour ma part car plus facile à travailler) vous aller former le relief qui formeront les galleries.

Dans cette étape, il sera important de bien homogénéiser le silicone afin d’avoir des galeries plus propres. Il sera surtout TRÈS IMPORTANT de faire en sorte qu’entre le silicone et le CD il y ai le moins de cavités possible. En effet le plâtre s’y engouffrerais lors des étapes suivantes, et lors du démoulage final, vous risquerez de casser le plâtre qui se sera glissé dessous. Pour éviter cela, essayez de travailler le silicone avec un petit morceau de plastique par exemple afin d’aplatir les salles et de leur donner une belle forme. Il est plus pratique de faire des pâtés de silicone évasés vers le haut.

  • Laissez ensuite sécher le silicone pendant environ 12h.
  • Le silicone une fois sec nous pouvons passer au moulage. Pour cela préparer avec votre plâtre de paris un mélange bien fluide. Ce dernier n’en sera que plus robuste dans le temps et l’aspect esthétique n’en sera que meilleur.
  • Versez ensuite le plâtre dans votre boite de cd directement sur les ronds de cartons et cela jusqu’à arriver à 3-4 cm du bord. (voir schéma)
  • Une fois le plâtre versé, vous allez pouvoir insérer de suite votre CD avec le silicone. Il faudra centrer au maximum ce dernier de façon à avoir un petit rebord de plâtre autour du cd. Pour faire ce rebord, poser le cd délicatement sur le plâtre puis appuyer sur celui ci de façon à ce que toute les salles soit totalement immergé et que le plâtre remonte légèrement sur le rebord du CD et au milieu. Avant que celui ci soit sec, essuyer le trop de plâtre qu’il pourrait y avoir sur le rebord avec un morceau de plastique également.

  • Laissez sécher pendant environ 12h.
  • Procédez au démoulage très délicatement ( le top c’est d’avoir deux boite de CD afin de couper la boite pour être sur de ne rien casser au démoulage). Pour ceci retourner le nid au dessus de votre main et tapoté doucement sur le fond. Vous pouvez également exercer une pression au niveau de la mèche, il sortira plus facilement.
  • Ébavurez le plâtre qui pourrait se situer au dessus du vieux CD (avec un cuter, pour les plus jeunes demandez aux parents ) tout en faisant attention à ne pas casser le petit rebord qui se sera créer.
  • Arriver le moment le plus critique, si vous avez bien fait votre moulage silicone, vous ne devriez pas avoir trop de problème pour enlever le CD, dans le cas contraire allez y tout doucement, et si le silicone se détache ce n’est pas grave vous l’enlèverez par la suite en grattant légèrement le plâtre l’emprisonnant.
  • Vous obtenez ceci :

  • Percez  maintenant un petit trou à la base du nid afin de pouvoir mettre de l’eau plus tard (avec une seringue sans aiguille par exemple). Vous pouvez percer le trou avec un dremelle ou avec une petite de couteau.
  • Confectionnez ensuite un petit bouchon pour limiter l’évaporation d’eau et l’incrustation de saletés dans le réservoir :

Il est temps de passer au système anti-évasions.

Prenez simplement l’embase de la tour de CD et découper un  grand trou dedans pour ne laisser qu’un rebord ( le rebord qui sera au dessus de l’air de chasse) de environ 15mm. Le trou peu être facilement découpé à la dremelle et plus difficilement au cuter (même chose, pour les plus jeune demandez assistance auprès d’un adulte pour cette étape).

Voilà le résultat celui ci une fois mis en place sur le nid :

Il ne reste plus maintenant qu’a ajouter un anti-evasion ( talc, huile minérale vendu sur les sites spécialisé dans la vente de fourmis. cf voir mes liens : ici ) et a remettre tous les éléments en place. La partie en plâtre, la vitre initialement conservée et le bouchon et surtout le principal : vos fourmis.

Petite astuce : vous pouvez colorez votre plâtre de n’importe quelle couleurs avec des pigments de coloration pour le mortier. Ils se trouvent partout dans les grandes enseignes de bricolage, il faut les chercher un peu !

Bonne construction et si vous avez la moindre question, postez la à la suite de ce message je me ferais une joie d’y répondre ! A bientôt !

Résultat final :

11 comments

Mon élevage de fourmis : Lasius emarginatus

Dans cet article, je tenais à vous partager ma passion pour l’élevage des fourmis à travers quelques photos et informations.

Quelques notions taxonomiques :

  • Embranchement : Insecta
  • Classe : Hymenoptera
  • Ordre : Formicidae
  • Famille : Formicinae
  • Genre : Lasius
  • Espèce : Emarginatus

Quelques chiffres :

  • Taille de la reine : 10mm
  • Taille des ouvrières : 4 à 6mm
  • Durée de vie de la reine : ~15ans
  • Durée de vie d’une ouvrière ~3ans
  • Age de la colonie actuel : 1 an et demi
  • Population estimée : 1500 ouvrières

Quelques photos :

La reine (gyne) :

La reine

Les ouvrières :

Les ouvrières

Une scène de chasse :

A table !

Les larves :

Leur premier nid (en plâtre dans une boîte de cd) avec beaucoup de cocon :

Leur nid en béton cellulaire dans un petit vivarium :

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 4,40 out of 5)
Loading...Loading...

4 comments